comment reconnaître une météorite ?
définitions & Astuces d'authentification

©Copyright:
Toutes les images du site sont complètement libres de droits à condition de mettre:
"photo L. Carion" sous les photos et un lien vers le site www.carionmineraux.com

Par contre il est interdit de reproduire les textes sans notre accord préalable.
 

Ce petit guide simple va permettre de se familiariser un peu avec l'aspect, la forme, et les caractéristiques d'une météorite.
Il ne peut pas remplacer la pratique et l'expérience.
Un peu comme si vous demandiez à un antiquaire de définir l'authentification d'un meuble Louis XV, il ne pourra pas vous l'expliquer en cinq minutes. Il faut lire pas mal de livres sur le sujet mais surtout voir et toucher un certain nombre de météorites pour se faire une idée précise.

- définitions:

Dérivant du grec « meteoros » (élevé dans les airs), le terme météorite désigne un corps solide (roche, métal, mélange des deux) venant de l'espace et atteignant la terre.

Ce n'est qu'à partir d'une certaine masse que le corps extraterrestre va traverser l'atmosphère et arriver au sol. On peut distinguer trois choses:
● Les phénomènes accompagnant une météorite sont observés, à savoir: lueur, bruits et on la voit tomber sans pouvoir la retrouver (chute dans la mer ou dans une région désolée et inaccessible...).
● Les phénomènes accompagnant une météorite sont observés, on la voit tomber et on la retrouve, entière ou fragmentée, en totalité ou en partie: c'est une chute au sens strict.
● Par pur hasard ou à la suite d'une campagne de recherches systématiques, on trouve une météorite sur le sol, tombée on ne sait pas quand exactement: c'est une trouvaille.

Chaque chute ou trouvaille porte le nom du lieu géographique concerné, ce qui n'est pas si simple car il peut y avoir fragmentation, une chute multiple se répartissant sur un vaste territoire. Le problème s'est posé en France avec son maillage serré de communes. Dans certaines zones désertiques, les emplacements sont parfois mal localisés et leur traduction très variable selon les langues. Enfin, en ce qui concerne les trouvailles, rien ne prouve que ce soit le lieu de la chute, et l'on en a un exemple en France même: la météorite de La Caille dans les Alpes-Maritimes est connue depuis 1828: elle servait alors de banc devant l'église, les personnes âgées disant à l'époque qu'elle venait du mont Audibergue, à dix kilomètres au sud-est de la ville. Elle est maintenant au Muséum d'Histoire Naturelle (MNHN) de Paris.

- authentifications:

Je n'entrerai pas en détail dans la classification des météorites, juste ce qu'il faut savoir.

Il existe deux grands groupes de météorites:

Les météorites non différenciées ou chondrites.
Ce sont les plus nombreuses, surtout constituées de silicates, parfois de roches carbonées plus quelques traces de fer.
Il y a 4,57 milliards d'années, au début de la formation du système solaire, des petites billes de silicates (appelées chondres) se sont agglomérées avec des petits grains de métal pour former un astéroïde non différencié, c'est à dire qui n'a pas évolué depuis sa formation.
Si vous partez à la chasse aux météorites et que vous avez la chance d'en trouver une, vous aurez neuf chances sur dix d'avoir une chondrite entre les mains.
 

Comment reconnaître une chondrite :

- Voici comment elle devrait se présenter si la chute est récente:
Le « caillou » ressemble à une météorite : c'est une pierre noire un peu lourde, qui peut présenter des tâches blanches, brunes, beiges ou en tout cas plus claires que sa surface, parfois un peu de rouille ou des traces de fer et elle attire un aimant. La croûte de fusion est bien visible et bien noire sur la totalité ou par endroits. Il peut y avoir aussi un bouclier de fusion et/ou des lignes de fuites ainsi que des regmaglyptes, qui sont ces encoches un peu comme des coups de pouce dans de la pâte à modeler, celles-ci se forment pendant la traversée de l'atmosphère à l'instar des capsules spatiales qui rentrent sur Terre.
Belle chute récente Belle croûte de fusion Bouclier de fusion et lignes de fuites Belle croûte de fusion
       

- La chute peut-être très ancienne et il est alors beaucoup plus difficile de reconnaître la météorite:
Le
« caillou » va alors ressembler fortement à n'importe quelle roche terrestre. La croûte de fusion en surface est soit érodée par le vent, soit peut avoir en grande partie ou totalement disparu. Il arrive qu'en retournant la pierre, la croûte de fusion soit toujours présente sur la surface enterrée. On peut aussi voir des veines de chocs visibles (bandes sombres dues à des chocs très violents dans l'espace) qui strient la surface. Le plus caractéristique sont les tâches de rouille sur toute la pierre et l'attirance d'un aimant. Pour une meilleure authentification il est souvent nécessaire de couper la pierre: on voit alors des petits grains de métal disséminés dans la roche et parfois des chondres qui sont la preuve formelle que c'est une météorite.
Face exposée Face enterrée Belle chondre visible Veines de chocs dans la masse
   
Belles chondres visibles Grains de fer-nickel    


Les météorites différenciées:

Au commencement du système solaire des petites billes de silicates (appelées chondres) se sont agglomérées avec des petits grains de métal pour former un astéroïde. Arrivé à une certaine taille, celui-ci subi la différenciation sous l'effet d'un réchauffement ultérieur. Les éléments lourds se retrouvent au centre de l'astéroïde (noyau de fer/nickel), il se forme un manteau silicaté en surface, et entre les deux une interface fer/nickel et silicates.
Elle regroupent donc trois grandes familles:


    - Les achondrites: elles proviennent de la croûte superficielle des gros astéroïdes différenciés.
Elles sont très pauvres en métal et sont essentiellement pierreuses et dépourvues de chondres.
Ce sont certainement les météorites les plus difficiles à trouver et à expertiser à l'œil (sur une centaine de chutes découverte par la maison Carion, seulement deux étaient des achondrites).
 

Comment reconnaître une achondrite :

- Voici comment elle devrait se présenter si la chute est récente:
Le « caillou » ressemble à une météorite : c'est une pierre noire avec une belle croûte de fusion noire qui peut être un peu vitreuse, épaisse et lustrée, un peu comme du cirage sur une chaussure. L'intérieur est souvent clair et dénote avec la croûte de fusion, il peut être blanc, gris, vert, parfois un peu des trois. Dans 98% des cas, la météorite ne va pas retenir l'aimant.
Croûte épaisse et vitreuse Superbe pierre très « fraiche » Lignes de fuites Fragments internes

- La chute peut-être très ancienne et il est alors beaucoup plus difficile, voire impossible, de reconnaître la météorite:
Le
« caillou » va alors ressembler fortement à n'importe quelle roche terrestre. La croûte de fusion en surface va avoir en grande partie ou totalement disparu. Il arrive qu'en retournant la pierre, la croûte de fusion soit toujours présente sur la surface enterrée, ça sera quasiment le seul moyen de reconnaître l'objet...


    - Les sidérites
: elles proviennent du noyau des gros astéroïdes différenciés.
Elles sont composées de fer et de nickel natif et retiennent donc toujours un aimant.

Comment reconnaître une sidérite :

- Une fois la météorite tombée sur terre, le fer va très rapidement s'oxyder en surface et la météorite va prendre une couleur rouille. Il est assez difficile à première vue de distinguer un morceau de métal bien terrestre d'une météorite. On peut distinguer des regmaglyptes. Il peut y avoir aussi un bouclier de fusion et/ou des lignes de fuites. Pour en avoir le cœur net quand on a trop de doutes, il faut réaliser un test au nickel (si le test est négatif: ce n'est pas une météorite; par contre si l'objet contient du nickel, ce n'est pas forcément une météorite mais la probabilité est plus importante). On peut polir une petite surface et l'attaquer à l'acide nitrique: si les figures de Widmanstätten apparaissent, ce sont ces bandes qui sont, en gros, la cristallisation du fer et du nickel (voir photo plus bas), c'est la preuve formelle d'avoir une météorite (ces structures n'existant pas sur terre). Si rien n'apparait, il est alors nécessaire de faire une analyse en laboratoire.

- Voici quelques aspects de sidérites telles qu'elles peuvent se trouver:

Sidérite « shrapnel » Forme typique de sidérite Sidérite avec regmaglyptes Sid&rite du désert libyque
   
Figures de Widmanstätten Figures de Widmanstätten    


    - Les sidérolithes: elles proviennent de l'interface noyau/silicate des gros astéroïdes différenciés.
Il n'y a pas une rupture nette entre le noyau métallique et le manteau silicatée: entre les deux se trouvent cette interface où les grains de silicates
« flottent » dans le fer/nickel.
 
Comment reconnaître une sidérolithe :

- Voici comment elle devrait se présenter:
L'objet peut avoir les mêmes caractéristiques qu'une sidérite. Elle peut aussi ressembler à une éponge métallique. On peut distinguer par endroits des grains cristallisés d'olivine, parfois gemmes, allant du millimètre au centimètre. Une fois sciées et polies, ce sont sans doute les météorites les plus esthétiques.
Pallasite orientée Eponge de fer avec olivines Coupe de pallasite Coupe de pallasite


 

Bien sûr, si vous avez trouvé un « caillou » bizarre, vous pouvez toujours passer nous voir avec l'objet à la galerie ou nous envoyer des photos par email (avec dimensions, poids approximatif et nous préciser si un aimant « colle » dessus).

_______________________________

 

Vous pensez avoir trouvé une météorite ? Contactez nous en cliquant ici pour une expertise gratuite !


Comment chasser les météorites ?
Guides & Conseils

 



Cliquez ici pour achetez une météorite !
 

     

Pour en savoir plus:

Le livre
"météorites"
3ème édition augmentée, entièrement revue et corrigée
éditée en 2009 par Alain Carion
64 pages en couleur pour tout savoir, ou presque,
sur les météorites.

 Prix:
 10€
à la galerie
   
12,50€ par la poste 
pour la France métropolitaine uniquement 
( pour les autres pays demandez nous les tarifs par email)  

Achetez directement
avec Paypal:

 

ou via ce formulaire
en cliquant ici



 

Retour aux informations générales

 

Page principale